Victimes de complications suite à la prise de Mediator

Valvulopathie et hypertension artérielle pulmonaire

A ce jour, nous défendons 2500 victimes du Mediator ainsi que l’AVIM, l’Association d’Aide aux Victimes de l’Isoméride et du Mediator.

Qu’est-ce que le Mediator ?

Le Mediator est un adjuvant au régime anti-diabétique qui a été détourné pour être majoritairement utilisé comme coupe faim.

Médicament de la famille des amphétamines, il présente un métabolite commun à deux autres médicaments coupe-faim commercialisés par les Laboratoires SERVIER et retirés du marché en 1997, l’Isoméride et le Ponderal.

Le Mediator est resté commercialisé en France pendant plus de 30 ans (1976 à 2009).

C’est le combat du Docteur Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest, qui, grâce à ses recherches, et à sa ténacité, a conduit l’AFSSAPS à faire retirer le Mediator du marché en 2009.

Elle est l’auteur de l’ouvrage « Mediator, Combien de morts ? », dans lequel elle dénonce les méfaits de ce médicament.

Le Docteur Irène Frachon y décrit la toxicité de ce médicament aux lourdes conséquences.

Mediator, médicament des Laboratoires Servier

Il est scientifiquement avéré que ce médicament peut provoquer des pathologies cardiaques graves, à savoir des valvulopathies et des hypertensions artérielles pulmonaires.

En novembre 2010, l’AFSSAPS révèle une estimation selon laquelle ce médicament aurait causé entre 500 morts et 2 000 morts et plus de 3500 hospitalisations.

Entre 1976, date de sa mise sur le marché, et 2009, date de son retrait, il est établi que plus de 5 millions de patients auraient été traités avec ce médicament.

L’AFSSAPS recommande aux patients ayant pris du Mediator pendant plus de 3 mois de consulter leur médecin.

Dispositif d’indemnisation amiable : le Fonds d’Indemnisation des victimes du MEDIATOR

La loi du 29 juillet 2011 a mis en place un dispositif spécifique pour l’instruction des demandes d’indemnisation concernant les préjudices imputables au benfluorex (Mediator®). L’instruction des demandes est confiée à l’ONIAM.

Ce dispositif gratuit et facultatif.

Le fonds crée est exclusivement consacré aux victimes du Mediator et de ses génériques et est confié à l’Office National des Accidents Médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales (O.N.I.A.M).

Délais et procédure

Un formulaire de demande d’indemnisation doit être adressé à l’ONIAM avec l’ensemble des pièces justificatives, nous vous aiderons dans la constitution et l’envoi de ce dossier.

En effet, la constitution d’un dossier médical solide et étayé est un préalable indispensable pour obtenir la meilleure indemnisation de vos préjudices.

Un collège d’experts Benfluorex a pour mission d’examiner votre demande d’indemnisation et de rendre un avis dans un délai de 6 mois à compter de la réception du dossier complet.

Ce collège d’experts est composé de personnalités qualifiées en pneumologie, en cardiologie et en réparation des dommages corporels ainsi que de médecins désignés par le Ministre de la Santé.

Cet avis se prononce sur les circonstances, les causes, la nature et l’étendue des dommages ainsi que sur la responsabilité encourue.

Plus de 25 ans d’expérience dans l’aide aux victimes de complications suite à la prise d’un médicament

Ressources utiles

Conditions d'indemnisation

La victime doit démontrer avoir subi des dommages imputables au MEDIATOR, valvulopathies, hypertension artérielle pulmonaire, mais aucun seuil de gravité n’a été retenu.

La victime doit présenter un déficit fonctionnel imputable au MEDIATOR, c’est-à-dire des séquelles directement liées à la prise de ce médicament.

Et après ?

Après l’avis de l’ONIAM, les Laboratoires Servier dispose d’un délai de 3 mois pour formuler une offre d’indemnisation.

En cas de silence, de refus, ou d’offre manifestement insuffisante du laboratoire, la victime peut demander à l’ONIAM de l’indemniser. L’ONIAM dispose alors d’un délai de 3 mois pour se prononcer sur la demande d’indemnisation, et faire une offre qu’il réglera au nom du responsable désigné dans l’avis.

L’ONIAM exercera alors un recours contre les Laboratoires Servier pour le remboursement des sommes.

L’avis rendu, ou l’offre d’indemnisation proposée ne pourra être contesté que par voie judiciaire.

Un avocat spécialisé et expérimenté est le plus à même de vous assister et vous aider dans l’ensemble de ces démarches d’indemnisation.

Procès dit du MEDIATOR :
les victimes ne subissant pas de séquelles liées à la prise du Mediator ont aussi été entendues

Les victimes du médicament ayant été trompées par les Laboratoires Servier, mais ne subissant pas de séquelles ne peuvent pas être indemnisées par le Fonds.

En effet, le Fonds d’indemnisation est uniquement compétent pour les victimes présentant des séquelles imputables à ce médicament.

Néanmoins, l’action pénale engagée contre les Laboratoires Servier va permettre une réparation financière pour le préjudice moral éprouvé.

Le procès dit du Mediator qui a examiné cette question de la tromperie des victimes du Mediator s’est tenu devant le Tribunal Correctionnel de Paris du 23 septembre 2019 au 6 juillet 2020.

Le délibéré sera rendu le 29 mars 2021 à 10 heures.

Nous y avons défendu plus de 2.500 victimes, retrouvez les temps forts de ce procès dans les actualités de notre site web.

« Le visage des victimes du Médiator »

Actualités pour les victimes du Mediator

Mediator : délibéré du procès des Laboratoires Servier au Tribunal Correctionnel de Paris

Par jugement en date du 29 mars 2021, le Tribunal Correctionnel de Paris a rendu une décision historique, dans un procès de santé publique d’une ampleur inégalée, mettant en cause…
En savoir plus

Victimes Mediator : après sept mois, fin du procès pénal des Laboratoires Servier – verdict en…

Le procès dit « du MEDIATOR » , qui a débuté le 23 septembre 2019, et s’est achevé le 6 juillet 2020, aura donc duré près de sept mois, sans compter la suspension de…
En savoir plus

Victimes du Mediator : nos avocats ont plaidé pour démontrer la tromperie des Laboratoires SERVIER

Notre cabinet a plaidé toute la journée du 22 juin 2020 devant la 31ème chambre du Tribunal Judiciaire de Paris, pour l’ensemble de nos 2.600 victimes,  afin de démontrer la…
En savoir plus

Victimes du Mediator : résumé d’audience des semaines du 24 octobre au 14 novembre 2019 du…

Au procès du Mediator, le Cabinet d'avocats Coubris, Courtois et associés représente près de 1700 victimes du médicament prescrit à 5 millions de personnes pendant 33 ans avant d'être enfin…
En savoir plus

Victimes du Mediator : résumé des premières semaines du procès des Laboratoires Servier au Tribunal de…

Le Cabinet d'avocats Coubris, Courtois et associés représente plus de 1650 victimes du Mediator au procès des Laboratoires Servier se tenant au tribunal correctionnel de Paris. Nous vous proposons un…
En savoir plus

Interview de Me Coubris sur Canal+ suite à la première condamnation des Laboratoires Servier par un…

Pour la première fois, la justice a reconnu la responsabilité civile des laboratoires Servier pour avoir laissé sur le marché un médicament « défectueux » dont ils ne pouvaient «…
En savoir plus

Contactez-nous

Nous sommes à votre écoute. Notre équipe de juristes et d’avocats expérimentés vous aidera dans la constitution de votre dossier (médical et juridique) et défendra vos intérêts devant les différentes cours de justice saisies.

Expliquez votre situation

    Tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.