Prothèses PIP : près de 390 victimes de ruptures supplémentaires en un mois

Un nouveau chiffre dans l’affaire Poly Implant Prothèses : 2638 victimes PIP déclarées en mai dernier, soit près de 390 nouvelles victimes porteuses d’implants mammaires en un mois.

Selon les observations des experts, le gel des prothèses PIP était conçu à partir de substances inadaptées à une utilisation médicale.

La nouvelle étude de l’Agence nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM) atteste de la fragilité des membranes et du caractère irritant du gel.

Le chiffre de près de 390 nouvelles victimes est issu de la mise à jour du signalement de matériovigilance de l’ANSM concernant les prothèses mammaires PIP.

Il a été observé 3169 ruptures chez 2638 femmes, ce qui sous-tend plusieurs ruptures de prothèses mammaires.

Ces observations sont issues des échographies systématiques de surveillance avant le retrait des prothèses mammaires PIP.

En plus des ruptures de prothèses, ces femmes font également l’objet de nombreuses réactions inflammatoires.

Le rapport du National Health Service (NHS), système de la santé publique du Royaume-Uni, du 18 juin 2012 précise : « Les implants PIP ont un taux de rupture et de fuite de gel plus élevés (de l’ordre de 2 à 6 fois) que les autres implants dans les cinq années suivant l’implantation ».

L’ ANSM et les pouvoirs publics recommandent le retrait préventif des prothèses mammaires PIP et la surveillance médicale des victimes.

Pour rappel, en France, 30 000 femmes sont porteuses de prothèses mammaires en silicone PIP et 10 037 femmes ont subies une opération d’explantation de leur prothèse PIP, dont 6 467 à titre préventif.

Pour plus d’informations, consultez l’étude sur le site de l’ANSM.

0

Actualités liées

Mediator : délibéré du procès des Laboratoires Servier au Tribunal Correctionnel de Paris

Par jugement en date du 29 mars 2021, le Tribunal Correctionnel de Paris a rendu une décision historique, dans un procès de santé publique d’une ampleur inégalée, mettant en cause 23 prévenus dont 11 personnes morales, 6500 victimes, qui aura…
En savoir plus

Pilules 3ème, 4ème génération et Diane 35 : ouverture d’une information judiciaire et indemnisation des préjudices de Marion…

Le cabinet COUBRIS COURTOIS et associés, avocat de Marion LARAT, lanceuse d’alerte en 2013 sur la dangerosité des effets des pilules de 3ème et 4ème génération et Diane 35, tenait ce jour une conférence de presse, en présence de Marion…
En savoir plus

Scandale des pilules contraceptives : conférence de presse avec Marion Larat

Le cabinet Coubris, Courtois et Associés, avocat de Marion Larat, lanceur d’alerte en 2013 sur la dangerosité des effets des pilules de 3ème et 4ème génération et Diane 35, organise ce lundi 26 octobre 2020 à 11 heures une conférence…
En savoir plus