Pradaxa : une plainte déposée suite au décès d’un homme traité avec cet anticoagulant

Le Cabinet Coubris Courtois et Associés a déposé ce 8 octobre 2013, une plainte à l’encontre des Laboratoires Boehringer Ingelheim et de l’Agence Nationale du Médicament (ANSM) pour homicide involontaire.

Cette plainte fait suite au décès d’un homme de 78 ans, alors qu’il était sous Pradaxa.

Le Pradaxa appartient à la famille des nouveaux anticoagulants oraux (NACOS).

AVANT TOUTE INFORMATION, IL EST INDISPENSABLE DE NE PAS ARRÊTER LE TRAITEMENT. IL CONVIENT DE CONSULTER VOTRE MÉDECIN ET/OU CARDIOLOGUE, SI VOUS SOUHAITEZ ENVISAGER DE MODIFIER VOTRE TRAITEMENT.

Ce médicament a bénéficié d’une autorisation de mise sur le marché en 2008 en cas de chirurgie programmée d’une pose de prothèse de hanche ou de genou.

L’indication du Pradaxa a été étendue à la prévention de l’accident vasculaire cérébral (AVC) et de l’embolie systémique chez des patients présentant une fibrillation atriale non valvulaire.

Comme tout anticoagulant, le Pradaxa peut entraîner des hémorragies.

Pourtant, aucun antidote ne permet de maîtriser ce risque hémorragique.

A ce jour, par motif de confort, un grand nombre de personnes se voient prescrire du Pradaxa (100 000 en 2012), sans tenir compte des contre-indications et sans avoir d’informations sur l’absence d’antidote en cas d’hémorragie, effet indésirable le plus souvent constaté.

L’ANSM a certes placé ce médicament sous surveillance renforcée, mais n’a en revanche pas suffisamment informé le corps médical et les usagers, ni pris aucune mesure que nécessitait la situation.

Il est regrettable de faire le choix d’une prescription potentiellement dangereuse en l’absence d’antidote dans un souci de confort tant pour le patient que pour le praticien et ce, d’autant plus qu’il semblerait qu’un antidote soit en cours de recherche par le laboratoire qui déclare travailler sur ce médicament depuis plus de 20 ans.

Articles de presse liés

Les familles de quatre personnes mortes au début de 2013 alors qu’elles prenaient l’anticoagulant de nouvelle génération Pradaxa ont décidé de porter plainte contre le laboratoire allemand Boehringer Ingelheim qui commercialise le produit.

[…]

Les plaignants visent aussi l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), à qui il est notamment reproché d’avoir méconnu les principes de précaution et de prévention, a précisé leur avocat, Me Philippe Courtois, mercredi 9 octobre, qui appelle toutefois à « ne pas arrêter son traitement sans avis médical ».

[…]

En 2011, le laboratoire Boehringer Ingelheim indiquait qu’il avait enregistré au moins 260 décès « suspects » par hémorragie chez des patients traités avec cet anti-coagulant. Selon l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), 13,3 % des personnes âgées de plus de 65 ans ont été exposées au moins une fois à un anticoagulant en 2011.

[…]

Anticoagulant Pradaxa: plaintes en France après des décès
Le Figaro – 09/10/2013 – Extraits

Les familles de quatre personnes âgées françaises décédées début 2013, qui prenaient l’anticoagulant de nouvelle génération (NACO) Pradaxa, ont décidé de porter plainte contre le laboratoire allemand Boehringer Ingelheim qui le commercialise, a annoncé mercredi leur avocat.

Les plaignants visent aussi l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM, ex Afssaps) à qui il est notamment reproché d’avoir méconnu les principes de précaution et de prévention, a précisé Me Philippe Courtois qui appelle toutefois à « ne pas arrêter son traitement sans avis médical ».

[…]

Pour information

0

Actualités liées

Mediator : délibéré du procès des Laboratoires Servier au Tribunal Correctionnel de Paris

Par jugement en date du 29 mars 2021, le Tribunal Correctionnel de Paris a rendu une décision historique, dans un procès de santé publique d’une ampleur inégalée, mettant en cause 23 prévenus dont 11 personnes morales, 6500 victimes, qui aura…
En savoir plus

Pilules 3ème, 4ème génération et Diane 35 : ouverture d’une information judiciaire et indemnisation des préjudices de Marion…

Le cabinet COUBRIS COURTOIS et associés, avocat de Marion LARAT, lanceuse d’alerte en 2013 sur la dangerosité des effets des pilules de 3ème et 4ème génération et Diane 35, tenait ce jour une conférence de presse, en présence de Marion…
En savoir plus

Scandale des pilules contraceptives : conférence de presse avec Marion Larat

Le cabinet Coubris, Courtois et Associés, avocat de Marion Larat, lanceur d’alerte en 2013 sur la dangerosité des effets des pilules contraceptives de 3ème et 4ème génération et Diane 35, organise ce lundi 26 octobre 2020 à 11 heures une…
En savoir plus