Accident de Lorient : prison ferme et mandat de dépôt pour le chauffard

Condamnation du chauffard et de sa passagère

Le 9 juin 2019, vers 17h, un grave accident de la circulation se déroulait.

Après avoir refusé de s’arrêter à un contrôle de Gendarmerie, le conducteur prenait la fuite.

Circulant à très vive allure, il commettait de nombreuses infractions au Code de la route, n’hésitant pas notamment à circuler à contre-sens ou à refuser des priorités.

Parvenu au niveau d’un rond-point, circulant dans un couloir de bus, le véhicule franchissait un feu tricolore au rouge fixe et entrait en collision avec un véhicule venant de sa droite.

Le chauffard perdait alors le contrôle de son engin et heurtait violemment trois enfants, âgés de 7 à 9 ans, Bunyamin, Samet et Diyar ARSLAN, qui marchaient sur le trottoir pour rentrer à leur domicile.

Les deux premiers enfants étaient projetés dans la porte de garage de l’habitation située à proximité.

Dramatiquement, Bunyamin décédait sur les lieux de l’accident.

Samet était transporté au Centre hospitalier de Lorient avant d’être transféré au CHRU de Brest dans un état très grave, son pronostic vital étant fortement engagé.

Diyar, qui marchait environ deux mètres devant ses deux cousins au moment du drame, était pour sa part plus légèrement blessé et regagnait son domicile, choqué par les faits.

Le chauffard quant à lui poursuivait sa route avant de s’immobiliser sur la chaussée, 200 mètres plus loin.

Ce conducteur et sa passagère prenaient la fuite avant d’être retrouvés 4 jours après pour cette dernière, et 9 jours plus tard pour le chauffard.

Les familles des enfants ont décidé de confier leur dossier au Cabinet COUBRIS COURTOIS et Associés.

Le 15 février 2021, au terme d’une journée d’audience, Le Tribunal correctionnel de Lorient a reconnu le conducteur et sa passagère coupables des faits qui l’auraient été reprochés.

Le conducteur fut condamné à six ans d’emprisonnement dont cinq années fermes et un mandat de dépôt était décerné par le Tribunal au prononcé de la décision.

La passagère était quant à elle condamnée pour non-assistance à personne en péril sur mineur à une peine d’emprisonnement de 12 mois avec sursis.

Les familles ont accueilli cette décision avec soulagement compte-tenu de la sévérité de la décision mais également de la remise en prison immédiate de ce chauffard.

Articles de presse liés

Six ans de prison pour le « chauffard de Lorient »
Le Figaro – 16/02/2021 – Extraits

Interview de Maître Philippe Courtois - 16/02/2021

Interview de Maître Philippe Courtois - 15/02/2021

[…]

L’audience, qui avait commencé lundi en début d’après-midi, s’est achevée peu après minuit mardi. La passagère du véhicule, Gaëlle Taugeron, 22 ans, a été condamnée pour non-assistance à mineur de 15 ans en danger à « un an de prison assorti d’un sursis probatoire de deux ans et d’une obligation de travail et de soins ». Dans un long réquisitoire, le procureur avait requis huit ans de prison avec mandat de dépôt pour le conducteur, fustigeant une «conduite assassine», et pointant une affaire « extraordinaire » en ce qu’elle comporte « autant de circonstances aggravantes touchant des mineurs victimes totalement innocents ». Il avait requis un an de prison avec sursis pour la passagère.

[…]

L’audience, qui avait commencé lundi en début d’après-midi, s’est achevée peu après minuit mardi. La passagère du véhicule, Gaëlle Taugeron, 22 ans, a été condamnée pour non-assistance à mineur de 15 ans en danger à « un an de prison assorti d’un sursis probatoire de deux ans et d’une obligation de travail et de soins ». Dans un long réquisitoire, le procureur avait requis huit ans de prison avec mandat de dépôt pour le conducteur, fustigeant une « conduite assassine », et pointant une affaire « extraordinaire » en ce qu’elle comporte « autant de circonstances aggravantes touchant des mineurs victimes totalement innocents ». Il avait requis un an de prison avec sursis pour la passagère.

[…]

« Ce qu’ils ont fait est inadmissible, en toute conscience. Certes, on va parler d’accident involontaire, d’un homicide et de blessure involontaire. Mais à l’origine de tout cela, il y a un fait. C’est que ni l’un ni l’autre n’auraient dû se trouver dans le véhicule », s’insurge Me Philippe Courtois, l’avocat des familles des victimes.

Le 9 juin 2019, après un refus d’obtempérer, Kylian Le Reste s’enfuit à très vive allure au volant de son véhicule, multipliant les infractions au Code de la route, percute une voiture sans faire de blessés, avant de faucher sur un trottoir les deux jeunes cousins, frôlant un troisième. Il redémarre aussi sec, puis s’arrête et s’enfuit avec son ex-compagne Gaëlle Taugeron.

[…]

« Ce n’est pas un banal accident de la route, ce n’est pas une faute d’inattention, c’est une suite d’infractions, c’est une tragédie annoncée et qui aurait pu être évitée », a plaidé l’avocat des victimes, Me Philippe Courtois. « Il n’y a aucun doute que Madame Taugeron et Monsieur Le Reste ont vu les enfants, toutes les expertises le disent », a-t-il ajouté. « C’est un vrai mépris de la loi qui dissimule un vrai mépris de la vie humaine », a dénoncé le procureur, évoquant des éléments de preuves « monstrueux » face à des dénégations qui ont « zéro crédibilité » compte tenu des innombrables « mensonges » des prévenus.

« Il n’y a jamais eu autant d’ingrédients réunis pour que l’accident mortel arrive. La souffrance des victimes a été partagée par toute la France. On a les preuves accablantes d’une conduite assassine », a-t-il ajouté.

[…]

Les familles attendaient aussi des mots pour les enfants. « Ils ont entendu le mot ‘pardon’ du bout des lèvres de la part de Kylian Le Reste, mais rien de la part de Gaëlle Taugeron », fulmine Maître Philippe Courtois, l’avocat de la famille des enfants, lors de sa plaidoirie. Ces mots sont finalement arrivés à la toute fin du procès, juste avant que le tribunal ne délibère.

[…]

Les deux prévenus ont eu des débuts d’explication : l’évolution logique de la « carrière » délinquante de Kylian Le Reste, une « tragédie annoncée », estime maître Philippe Courtois. Trois condamnations inscrites sur son casier judiciaire, pour conduite sans permis, ou encore consommation et détention de stupéfiants. Neuf jours avant la mort de Bünyamin, il était en garde à vue. Il avait rompu son contrôle judiciaire qui lui interdisait de sortir la nuit. Malgré un rappel à l’ordre, la veille de l’accident, il était en boîte de nuit avec sa petite amie de l’époque, dont il était plus ou moins séparé, Gaëlle Taugeron. Et le jour où il a grièvement blessé Samet et tué Bünyamin, il voulait aller manger une glace avec Gaëlle pour parler de leur relation, alors qu’il n’en n’avait pas le droit.

Le conducteur du véhicule a été condamné à six ans de prison, dont un avec sursis. Kylian Le Reste, 22 ans, est accusé d’avoir percuté deux enfants en juin 2019 à Lorient, tuant le premier et blessant grièvement le second.

[…]

« Ce qu’il fallait, c’est que ces deux personnes soient condamnées et reconnues coupables des faits qui leur sont reprochés et c’est le cas », a réagi Me Philippe Courtois, avocats des parties civiles, « La famille est soulagée de cette décision, de cette sanction ferme qui est importante ».

[…]

Réseaux sociaux

0

Actualités liées

Les pneus Goodyear pour poids-lourds sont-ils responsables de nombreux accidents ?

Le Combat d’une vie pour la mémoire de son époux : la responsabilité des pneumatiques GOODYEAR enfin reconnue ? Soutenu par le Cabinet COUBRIS COURTOIS et Associés, Madame Sophie ROLLET voit son combat récompensé. En effet, un ensemble routier composé…
En savoir plus

Prison ferme avec mandat de dépôt pour un conducteur au comportement dangereux : une condamnation pénale forte de…

Un conducteur de Maserati, qui avait percuté en avril 2018 la voiture d'une famille tuant deux fillettes et blessant la mère et son fils, a été condamné ce jeudi à cinq ans de prison, dont trois ferme, par le Tribunal…
En savoir plus