SELARL COUBRIS, COURTOIS & Associés
31 rue du Bocage
33200 Bordeaux

05.56.17.13.03

Du Lundi au Vendredi, de 8h à 19h

Les Compagnies d'Assurance et la Loi Badinter

Indemnisation et faute du conducteur

immeuble moderne - Crédit photo : Stocklib - Thorsten Rust

Les Compagnies d'assurance et la loi Badinter

Vous-même ou l’un de vos proches avez été victime d’un accident de la circulation.

Que vous soyez ou non conducteur du véhicule, il convient de garder la plus grande prudence vis-à-vis des Compagnies d’assurance qui devront vous indemniser.

En effet, et selon le Procès verbal de Police ou de Gendarmerie, la Compagnie d’assurance pourrait retenir à votre encontre une faute qui aurait pour conséquence de réduire votre indemnisation.

Peut-on être indemnisé si, en tant que conducteur, vous avez commis une faute de conduite ?

Dans le cas présent, vous êtes conducteur et victime en même temps.

Il convient alors de déterminer si la faute de conduite que vous avez réalisé (vitesse excessive, non respect des distances de sécurité, circulation sur une voie réservée,…) à une incidence en quelque sorte sur la réalisation même de l’accident, et ce en mettant de côté la ou les fautes de l’autre conducteur.

C’est-à-dire que l’on se fixe uniquement sur le conducteur victime.

Dans le cas où il apparaît que votre faute ou celle de votre proche n’a aucune conséquence sur la commission de l’accident, vous serez indemnisé.

Dans le cas contraire, il se peut que la Compagnie d’assurance ou le magistrat limite votre droit à indemnisation.

Dans l’un comme de l’autre, surtout prenez conseil auprès d’un avocat spécialisé qui pourra de part son expérience vous épauler dans votre action.

L’assurance peut-elle refuser d’indemniser si la victime, non conductrice, était en état d’ébriété, ne portait pas la ceinture, ne portait pas de casque, etc... ?

Panneau ceinture de sécurité - Crédit photo : Stocklib - Alexander Rosch

Les victimes non conductrices et la Loi Badinter

Dans ce cas de figure, vous ou un de vos proches êtes victime non conductrice.

Ainsi, aux termes de l’article 3 de la loi 5 juillet 1985, les victimes, hormis les conducteurs de véhicules terrestres à moteur, sont indemnisées des dommages résultant des atteintes à leur personne qu'elles ont subis, sans que puisse leur être opposée leur propre faute à l'exception de leur faute inexcusable si elle a été la cause exclusive de l'accident.

De jurisprudence constante, seule est inexcusable au sens de l'article 3, alinéa 1er, de la loi du 5 juillet 1985, la faute volontaire d'une exceptionnelle gravité exposant sans raison valable son auteur à un danger dont il aurait dû avoir conscience.

A été reconnue faute inexcusable ainsi cause exclusive de l’accident le fait pour un passager d’un véhicule en marche d’ouvrir la portière et de se jeter dehors, ou alors de se place sur le toit ou le capot d’un véhicule qui roule.

En revanche, n’est pas considéré comme une faute inexcusable, le fait de prendre place dans un véhicule dont le conducteur est manifestement en état d'ivresse ou même non titulaire d'un tel permis ou de ne pas attacher la ceinture de sécurité,...

N’hésitez pas à demander conseil auprès d’un avocat spécialisé afin de ne pas subir une décision unilatérale de l’assurance.